mardi 29 novembre 2016

Un shawl confortable et son snood ! (tutos inside !)

Pas de couture aujourd'hui sur le blog mais un article mailles !
Article que j'ai d'ailleurs hésité à publier tant ce shawl me paraissait banal.
Alors certes, il est plutôt joli mon shawl mais avec son point mousse et sa technique simplissime, ce n'était à première vue pas un truc à déchaîner les foules !

Pourtant il se trouve que ce châle a fait son petit effet et aussi suscité pas mal de questions !
Son effet mousseux et vaporeux ?
Son ampleur ?
Sa fameuse petite bordure contrastée ?
...Fastoche !

Allez, je vous présente la bête en images et tant qu'à faire, je vous détaille toutes les étapes de sa réalisation !
La technique employée ici est incontournable, on la croise sur les magazines comme sur moult blogs tricot ( bien détaillée sur le célèbre blog de Mlle Sophie.)

Le principe est simple : on commence par la pointe du châle et on augmente d'une maille à chaque rang. La forme triangulaire et l'ampleur apparaissent petit à petit. Quand à la taille de votre châle ? arrêtez votre tricot quand vous le jugez assez grand, ou quand vous n'avez plus de laine !

Vous pourrez ainsi adapter le modèle depuis la version shawlette chauffe épaules jusqu'au maxi châle !
Le mien a une ampleur épaules d'1,75 m et une hauteur de 95 cm.
Tellement large d'ailleurs que ne trouvant pas de support à la bonne taille je ne l'ai pas encore bloqué.

Pour tout vous dire, en attaquant ce projet, j'appréhendais un peu le tricot boulet, le truc monotone à souhaits dont on ne voit pas le bout.  Même pas ! le point mousse tricoté aux grosses aiguilles monte vite et ne nécessite que peu de concentration. Quelques soirées façon mémère attitude : tisane, chat et chaussons fourrés et le tour était joué !

J'ai ici utilisé 4 pelotes de 100 g (soit environ 600 m) d'une laine nuancée (50% laine - 50% acrylique) se tricotant en 5 que j'ai doublée d'un fil mohair écru.
Les deux fils sont tricotés ensemble avec des aiguilles n°8.

Tous les 5 ou 6 rangs, j'ai fait un aller et retour en tricotant seulement le fil mohair, ce qui donne cet effet rayé ajouré.

J'ai commencé tous mes rangs par une maille lisière en glissant simplement la première maille sans la tricoter.

Une fois le shawl fini, j'ai utilisé le reste de ma laine mohair pour crocheter une bordure fantaisie sur le pourtour du châle et accroché un pompon pampille fait dans la même laine sur la pointe.

C'est parti pour les explications :

Matériel : 600 m de laine se tricotant en 5
                 600 m d'un fil mohair ou contrasté
                 Aiguille n°8 ou aiguille circulaire.
                 1 crochet n° 3 ou 4

Réalisation :

                 Monter 3 mailles.
                 Rang 1 : tricoter les 3 mailles
                 Rang 2 : Tricoter les 2 premières mailles, faire une augmentation, tricoter la dernière maille. Vous obtenez 5 mailles.
                 Rang 3 : Tricoter les 4 premières mailles, faire une augmentation, tricoter la dernière maille. 
Continuer ainsi en créant un augmentation avant la dernière maille sur chaque rang !

Pour augmenter : Piquer l'aiguille droite dans la base de la maille suivante. (la petite boucle à la base de la dernière maille du rang)

Commencer chaque rang par une maille lisière (facultatif)
Créer vos rayures régulièrement (facultatif)

Une fois le tricot terminé, rabattre souplement les mailles et rentrer les fils.

Se munir du crochet et de la laine mohair et crocheter une bordure selon le schéma suivant :
*4 brides dans la même maille - 2 mailles en l'air - 1 maille coulée - 2 mailles en l'air*
Reprendre de * à * sur tout le tour du châle.

Rentrer le fil, placer un pompon à la base du châle, puis pour lui donner sa forme finale, le bloquer sans trop le tendre.


Il est chaud et confortable, ne pique pas et je peux le porter façon, châle, écharpe, foulard...

Et puisque le point mousse et la petite bordure dentelle avaient beaucoup plu à mademoiselle : je lui ai tricoté un snood dans ce même esprit :
Il s'agit simplement d'une bande tricotée en point mousse dont on assemble les extrémités !

Matériel :
               2 à 3 pelotes de laine blanche/écrue se tricotant en 5
               la même longueur en fil mohair.
               Aiguilles n°8
               1 crochet n° 3/4

Réalisation :
La bande qui constitue le snood de mademoiselle mesure ici 75x40.
Elle est tricotée en double (un fil laine + un fil mohair) aux aiguilles 8

Monter 50 mailles et tricoter en point mousse jusqu'à la longueur désirée.
Rabattre souplement les mailles, rentrer les fils.

Crocheter une bordure selon le même schéma sur les deux grands côtés de la bande puis coudre les deux petits côtés pour fermer le snood.
Nous voilà bien au chaud pour l'hiver ! 
J'espère que ces petits tutos pourront vous inspirer et vous donneront des envies de point mousse.

Bonne semaine !


lundi 21 novembre 2016

Vareuse Burda côté campagne.

Si je suis souvent emballée par les modèles Burda, j'avoue que leurs planches patrons hyper chargées et leurs explications alambiquées me rebutent un chouia, je n'achète donc le magazine qu'occasionnellement.

Il y a une quinzaine de jours, j'ai pourtant feuilleté le Burdastyle de Novembre dans mon supermarché et contre toute attente, je l'ai embarqué illico !

Quelques modèles avaient attiré mon attention et plus particulièrement une chouette vareuse ! 
Pour la réaliser, je voulais un tissu facile d'entretien, confortable et à un prix raisonnable.
J'ai opté pour le molleton doudou de chez Rascol (la même qualité qu'ici)  

Cette fois encore, repérer et décalquer le patron ne fut pas une mince affaire :
Après avoir pas mal fumé du neurone, j'ai pris le parti de repasser au feutre les contours et repères des pièces de mon patron pour les décalquer plus facilement.

La couture fut relativement simple puisque ce modèle comportait un pas à pas en images. 
Par contre, impossible de faire avaler le molleton doudou à ma Brother, elle piétinait lamentablement sur l'envers velours du tissu et je ne parle même pas des épaisseurs.
Cette fois encore, ma bonne vieille Mélodie m'a sauvé la mise : les épaisseurs de molleton doudou, finger in the nose pour la Singer !

Sachant que je voulais pouvoir enfiler ma vareuse sur un gros pull et que les modèles Burda taillent grand, j'avais choisi de couper mon modèle en 38, en réduisant la stature de 2 cm et avec juste 1 cm de marges de couture.
J'ai retenu mon souffle lors du premier essayage.... ah je n'étais pas gênée aux entournures, ma vareuse avait des airs de sac à patates avec 10 bons centimètres de trop partout !

Pour mon 38/40 habituel en haut j'aurais pu choisir une taille inférieure au 34 chez Burda ! D'ailleurs si vous avez un tuyau concernant les tailles Burda, je suis preneuse !

J'ai donc recoupé et ajusté ma vareuse à ma taille... c'était terminé :
J'avais choisi de doubler la capuche pour une jolie finition et pour le côté chic, j'ai finalement posé une bande de fourrure sur le bord.

Toutes les coutures sont surpiquées (expliqué dans le modèle) ce qui permet en plus de maintenir les marges de couture sur l'envers, d'offrir une finition plus pro.

J'ai modifié la forme des manches qui à l'origine étaient évasées en bas, pas très pratique à mon sens. J'ai préféré faire des manches traditionnelles que j'ai finies à l'aiguille double tout comme le bas de la vareuse.

J'aime beaucoup ce petit haut confortable qui peut se porter aussi bien à la ville avec un slim brut et des bottines à talons qu'à la campagne en toute simplicité.

Allez, chaussez vos bottes, aujourd'hui, ma mini photographe et moi vous invitons à découvrir ma vareuse en situation, côté campagne !

Mais pendant que je prends la pose, les poulettes s'impatientent !

Bonne semaine !

dimanche 6 novembre 2016

Bibis, galures et couvres chefs !

C'est en général à cette période de l'année que me prend l'envie de tricoter des bonnets !

Avec une armoire déjà bien garnie et un shawl en cours de finition, aucun bonnet n'était au programme cette année !

Point de joli bibi ? dommage, me dis-je avec une pointe de regret, car même si j'en porte assez peu, j'aime les chapeaux sous toutes leurs formes.

C'est ainsi que je m'étais retrouvée dernièrement dans un magasin à admirer un joli couvre chef feutré. Je n'avais pas résisté à l'envie d'essayer le chouette galure puis, poussée par la curiosité inhérente à toute couturière, j'avais ausculté discrètement la bête !

Vous qui cousez, ne vous êtes vous jamais retrouvées, plantées devant un bel article ? à en détailler la forme ? à faire le parallèle avec patron connu ? à loucher sur les coutures ? à examiner les finitions... (le kommenkçéfé pathologique de la couturière !)
Je me rends compte que le virus me gagne ! J'ai finalement reposé le chapeau sur son présentoir, réalisant qu'il était plutôt simple à reproduire et que cette chute de laine bouillie qui dormait dans mon placard lui irait comme un gant !
J'ai commencé par improviser un patron papier, j'ai ensuite assemblé et annoté mon modèle en devenir puis, une fois satisfaite de mon patron,  j'ai coupé le tissu et cousu mon chapeau en laissant libre cours à une petit envie florale !
Voilà donc ce fameux chapeau ! Entièrement doublé de polaire fin (la laine bouillie ça gratte !) Chaud, confortable avec un poil d'originalité, il me plait !

Encouragée par ce premier essai, je cogitais déjà un second modèle :
Celui-ci est en polaire épais avec le fond du chapeau et le rebord en imitation fourrure. Et une petite fleur en feutre pour habiller tout ça !

J'ai continué sur ma lancée en modifiant mon patron. J'ai conservé la base que j'ai raccourcie et je lui ai ajouté une corolle de forme béret :
Et hop ! un nouveau modèle : polaire noir épais, rebord velours noir, fausse fourrure et broderie machine pour celui ci !
Polaire noir doublé d'un lainage léger, fond en laine noire parsemée de fils colorés.
Celui ci se la joue chic avec une base en velours noir doublée de polaire, fond et fleur en polaire rouge. Coutures de maintien toujours à l'aiguille double pour respecter l'élasticité du tissu.

On continue avec la frénésie chapeaux ? eh oui, il y en a encore quelques uns ! et j'avoue que sur ce coup là, ma bonne vieille Singer préposée aux travaux en épaisseurs a été super efficace !
Toujours le lainage parsemé de fils colorés associé à du polaire noir ici ! Base un peu moins élastique qu'avec le tissu polaire mais j'aimais le contraste du rebord orange.

Polaire, fourrure synthétique avec cette fois un petit noeud pour habiller tout ça !
Celui ci a depuis été décliné en plusieurs versions, cadeaux à venir ! Polaire noir et prune associé à un tissu matelassé à sequins (mondial tissu)

Et enfin le dernier de la série :
A nouveau ce chouette tissu à sequins pour le fond du chapeau et un velours noir doublé de polaire pour la base !

Si j'avais deviné que le simple fait d'essayer un chapeau en magasin déboucherait sur une série de bibis !
Chaque modèle requiert environ une heure et demie de travail, j'ai beaucoup aimé les réaliser, associer les couleurs et les matières, soigner les finitions...

Je pense réitérer l'expérience "chapeau" avec pourquoi pas un modèle très original, un brin farfelu, juste pour le plaisir !

Les moustachus ont cette fois eu la bonne idée de se tenir à l'écart du polaire et du velours noir...mais j'avais sous estimé l'attrait de la corbeille !

Bonne semaine !