dimanche 23 juillet 2017

Histoire de broc'

Bonjour les filles !

Juillet étant la période de l'année idéalement propice au bullage, j'avoue avoir cédé à l'appel tentateur de la procrastination ces dernières semaines et délaissé quelque peu le blog.

J'ai toutefois cousu et bricolé : du simple, du mignon, du coloré, du rapide, de l'agréable...je vais vous montrer ça très vite !

L'un des attraits de la belle saison est aussi pour moi la flânerie au gré des brocantes : un but de balade le dimanche, l'occasion de se bouger, de braver le soleil de plomb, de prendre de vitesse l'orage qui menace, (et aussi accessoirement, de décoller la mini de son écran), totalement investie dans mon rôle de chineuse de pacotille : la démarche indolente mais l'oeil aux aguets, caressant le rêve illusoire de dégoter la merveille absolue, oubliée au fond d'un grenier depuis des lustres et proposée là, sur ce trottoir pour une bouchée de pain.

Cette année pourtant, les quelques brocantes dans lesquelles j'au pu déambuler flanquée de ma mini avaient un goût de déjà vu, il faut croire que les merveilles absolues avaient du se faire la malle de bon matin ou préféraient stagner dans leurs greniers, étouffées sous des couches de poussière...
Les quelques bobines anciennes dénichées au fond d'un carton et brandies telles un trophée sous le nez d'un vendeur aussi ventripotent qu'interloqué furent reposées précipitamment quand que le fourbe et glacial personnage m'annonça un prix délirant !
Je retins à grand peine la répartie pleine de distinction qui me brula les lèvres ce jour là : "Nan mais dis donc Casimir, t'as vu la vierge en string là" ! (oups !)

Quelques semaines plus tard, c'est dans une petite brocante sans prétention que je découvris le graal !
Un panier à ouvrages, une travailleuse et un joli coffret vendus par une dame charmante et pressée de remballer firent mon bonheur !
C'est les bras chargés que la mini et moi regagnâmes la voiture, papotant de nos trouvailles. Je réfléchissais déjà à la restauration de ces petites merveilles qui n'allait pas tarder à suivre...
Sitôt rentrée à la maison, les poilus sur les talons, j'inspectai mes trouvailles avec application...
La première à être restaurée serait la travailleuse. Pas vraiment ancienne mais en bon état si ce n'est le bois extérieur parsemé de taches. Je vous avoue que je n'en avais pas vraiment l'utilité puisque je possédais déjà une travailleuse, mais j'avais furieusement envie de la relooker !
Toute simple, peu encombrante, un bel espace de rangement...
Je ne voulais pas la peindre pour éviter que les frottements causés par des ouvertures répétées ne finissent par user la peinture.
Un simple vernis ne lui donnerait pas suffisamment de style...
Tout en réfléchissant, j'ai commencé à démonter la travailleuse et je l'ai poncée entièrement.
Une fois dépoussiérée, j'ai appliqué une couche de vernis incolore aspect ciré.
Puis une peinture à essuyer effet chaulé (Liberon) à l'aide d'un chiffon en éliminant ensuite le surplus.
Une fois la peinture sèche, j'ai appliqué une nouvelle couche de vernis incolore aspect ciré en délimitant la base des pattes que j'ai elles peintes en noir comme les poignées.

J'ai ensuite remonté la travailleuse.... et la voilà terminée :
Après nettoyage de l'intérieur (que je trouvais terne), je l'ai habillé de fleurs baroques :
Cet espace de rangement ! j'adore !
Un coup d'oeil sur l'effet cérusé :
Cette petite travailleuse me plait beaucoup avec son nouveau look :
Monsieur moustachu après avoir suivi de près la remise en état s'est une nouvelle fois incrusté sur les photos.
L'attrait de la dentelle ancienne...

Allez, sur ce coup je vais être raisonnable, j'ai déjà ma travailleuse, je ne vais pas encombrer mon atelier.
Alors si cette petite travailleuse vous tente, je la vends ! (A venir chercher sur place)
Elle mesure 54 x 26 cm fermée pour une hauteur de plateau de 46 cm (61cm avec la poignée)
et 125 cm de large une fois ouverte.

N'hésitez pas à me contacter pour les questions.

De la couture à venir sur le blog ! il sera question d'accessoires... à moins que je ne vous raconte l'épopée du fameux col tailleur !

A bientôt !


mercredi 28 juin 2017

Pochons à gogo...pourquoi pas un tuto ?

Hello !

Ce sont cette fois des accessoires que j'ai cousus !
Une expo à laquelle je participe chaque année vient juste de commencer et pour garnir mon stand, il me fallait des petites choses sympas à des prix abordables.

J'ai donc préparé un assortiment de trousses et de pochettes (à maquillage, à papiers, à tablette...) dans des styles différents, du plus fun au plus classique en essayant d'apporter à chaque fois une petite touche personnalisée pour que chacun puisse trouver chaussure à son pied.
Pas vraiment en avance dans mes préparatifs j'ai d'ailleurs complètement zappé l'étape photo des pochettes !

Pour un bel effet d'ensemble, j'ai ensuite cousu des pochons coulissants dans les couleurs des trousses.

Aaaah le pochon ! j'aime beaucoup ce petit sac qui se prête à toutes les utilisations. Il peut être le contenant d'un petit cadeau, ou un objet de rangement, de déco...
J'en avais d'ailleurs réalisé un ici pour un cadeau de naissance et le concept avait fait son petit effet.

J'ai donc cousu un premier pochon coulissant sur une base en lin naturel....avec des empiècements de couleurs vives pour contraster...et un morceau de passepoil kibrille pour le chic... un double cordon en coulisse parce que c'est plus joli...et un motif original pour personnaliser tout ça !
Et hop ! Celui là sera offert !
Rapide, agréable à réaliser : Un vrai moment de couture/détente alors forcément, j'en ai coupé et cousu un second sur ma lancée :
Puis un troisième :
Un petit quatrième
(Trouvez l'intrus qui s'est glissé sur cette photo !!!)
Et même un cinquième en lin et vichy, cousu au dernier moment que je n'ai pas pris en photo !
Alors s'il vous vient l'envie de coudre un pochon coulissant, je vous ai préparé un petit  
tuto.
Rien de compliqué même si ce modèle est réversible, la réalisation est d'ailleurs assez intuitive. Ce pochon est un basique adapté aux débutants. Il suffira juste d'un peu de minutie pour obtenir de jolies finitions.


Dans le prochain article, je tente un vêtement un peu particulier et un point technique qui m'impressionne un max : le col tailleur passepoilé !

 Bonne couture !

vendredi 16 juin 2017

Indispensables !

Hello les filles !

Il y a de ça quelques semaines, je m'étais laissée tenter par la jolie blouse flamenco de Delphine et Morissette.
Ce patron m'avait alors tellement emballée que sur ma lancée, j'avais cousu pas moins de trois flamenco !
Si les modèles de cette marque me font fréquemment de l'oeil, c'est sur un classique que j'ai cette fois jeté mon dévolu : l'indispensable !

Un petit haut simple et plein de charme, un patron qui se décline en 3 versions : basque entière ou sur les côtés.
La taille est impeccable, le montage classique et efficace, ce qui en fait une bonne bonne base modulable à volonté tant pour des blouses que pour des petites robes.
Rien de compliqué dans la réalisation de l'indispensable. J'ai choisi le modèle avec basques sur les côtés. Il suffira d'un peu de minutie au niveau de la mise en place des basques et surtout d'un tissu ayant une belle fluidité.
J'ai opté ici pour un crêpe très fin (buttinette) Super léger et agréable à porter. Il était par contre très glissant et fragile. Malgré mon aiguille microtex, il était entraîné vers l'intérieur de la machine à chaque début de couture.
J'ai résolu le truc en collant un petit morceau de scotch sur mon tissu à chaque début de couture ayant peu d'épaisseur.
Pour palier au glissant du tissu, j'ai bâti toutes mes coutures, ourlets compris avant de les piquer.
 J'adore ce tissu : La couleur, le motif, la texture, le tombé, il était parfait pour ce modèle.
J'ai très légèrement creusé le devant de l'encolure et adapté la longueur à ce que je souhaitais.
Une jolie ampleur et une fluidité qui en font un top agréable à porter même avec les chaleurs de ces derniers jours.
Sans aucun doute mon petit haut chouchou du moment !
Et puisque mon patron était sorti....que cette chouette dentelle attendait son heure...que fifille n°2 me regardait avec des yeux de biche éplorée...

J'ai tenté l'indispensable en dentelle ! Mais attention, pas n'importe quelle dentelle, une dentelle bien ajourée et élastique !
Pour limiter la casse, j'ai choisi le modèle avec basque complète (enfin, c'est celui que préférait la mini et ça me convenait plutôt bien !)

Pour ce qui est de la couture de la blouse, j'ai bâti encore et toujours, surjeté plutôt que cousu pour préserver l'élasticité du tissu et éviter les gondolages intempestifs, usé de point zigzag, soutenu les coutures épaules d'un morceau de ruban...et surtout j'ai du m'armer de patience !
Patience mise à mal d'ailleurs lors de l'essayage, quand je réalisai que le 34 habituel de la mini avait ici un superbe effet... sac à patate !
La malédiction de la dentelle extensible !

J'ai recoupé le bas devant et dos ainsi que la hauteur basque puis j'ai repris les côtés... et là, impec !
Je comptais ourler la blouse d'un simple surjet replié pour conserver la souplesse du tissu mais le résultat était.... très moche !
Allez, hop ! ourlet en biais rapporté en bas, aux manches et à l'encolure pour une finition certes moins souple mais plus nette !
Au final, une couture pas toujours évidente mais mademoiselle est contente de sa blouse, qu'elle a voulu porter en mode "canicule à la cambrousse." 
L'idéal étant de la porter sur un petit top à bretelles couleur chair pour casser la transparence tout en laissant apparaître le motif gaufré de la dentelle.
Il me reste encore un beau métrage de cette dentelle extensible (promo Bennytex) Pas facile à travailler mais vraiment jolie et j'avoue qu'une blouse à basque me tenterait assez...

Allez, mon mini modèle, encore une petite photo.......
Si les photos en extérieur avaient cette fois résolu l'intrusion du gang des moustachus...c'était sans compter sur la conscience professionnelle de la concierge en chef ! 

Du 34 au 44
Niveau : facile.
Tissu : 1,20m à 1,50m selon la version choisie.
1,20m pour la version plissée sur les côtés.
Mes modifs : Encolure devant légèrement creusée et hauteur adaptée.