samedi 23 septembre 2017

Ma chemise d'automne : Septembre.

Bonjour les filles !

Avec la chute des températures et l'apparition des journées pluvieuses et brumeuses, je commence à penser à ma garde robe d'hiver.

J'avais en stock ce superbe coton imprimé zoziaux aux tonalités automnales.
J'avais envie d'une chemise classique à la coupe légèrement cintrée qui mettrait en valeur ce joli tissu.

Allais-je finalement me laisser tenter par la chemise Archer ou dégainer à nouveau cette bonne Hedwige ? Quoi que la chemise Elsa vue sur la Maison Victor n'était pas mal non plus...

J'ai trouvé le modèle idéal : La chemise Septembre du livre "Ma garde robe à coudre" de Charlotte Auzou.
Une chemise cintrée, trop mignonne avec son col arrondi.
Evidemment, pour ce qui est de la réalisation, on retrouve les techniques spécifiques aux chemises : Col avec pied de col, patte de boutonnage, poignets avec pinces et fentes indéchirables...mais l'expérience aidant, je commence à maîtriser ces points techniques et c'est donc plutôt confiante que je me suis attaquée à ma chemise.

J'ai comme souvent décalqué mon patron en taille 40 pour le haut (épaules/poitrine) et 38 pour le bas.
Comme je voulais un rendu souple, je n'ai thermocollé ni le col ni les pattes de boutonnage, juste une face du pied de col pour un bon maintien du col.

Je n'avais pas trouvé beaucoup de retours sur le modèle sur internet donc j'ignorais si la taille était précise ou s'il convenait de modifier certaines pièces.

Je n'ai pas rencontré de difficultés lors de la couture de ma chemise. Pourtant, j'ai trouvé les explications du livres à plusieurs reprises un peu sommaires. Heureusement que j'avais déjà cousu des chemises avant celle-ci.

Quelques essayages lors des étapes clés de la réalisation pour plus de sécurité mais tout tombait bien !
Eh hop ! Voilà ma chemise Septembre :
Je la porte légèrement ouverte pour un look décontracté mais elle se prête plutôt bien à un look plus sage, col fermé et pourquoi pas agrémenté d'un collier plastron.
Les pinces poitrines sont bien positionnées, le col rond n'est ni trop grand ni trop petit, le pli du dos apporte de l'aisance tout en étant joli et le bas est arrondi comme j'aime.
Niveau taille rien à redire, la chemise est légèrement cintrée et très confortable, le col épouse bien la forme du cou sans bailler ni serrer....Impeccable vous dis-je !
Un modèle que je garde sous le coude et qui sera sans doute mon modèle de chemise fétiche. Allez, juste pour chipoter, je dirais que je pourrais éventuellement retirer 2 centimètres de longueur de manches !
Feuilleter à nouveau ce bouquin que je m'étais offert l'hiver dernier m'a permis de retrouver des petits modèles sympathiques qui ne demandent qu'à être cousus.
J'ai relu avec plaisir les pages techniques, super bien faites à la fin du livre qui passent en revue pinces, ourlets, fermetures, biais et passepoils, fronces, montages et démystifient la couture des étoffes réputées délicates.

Un livre de couture qui est l'un de mes préférés.

Modèle : Chemise Septembre. Atelier Charlotte Auzou - Ma garde robe à coudre pour toute l'année.
Tissu : 1,50 mètre de cotonnade imprimée (Mondial tissu)
Matériel : entoilage thermocollant - 9 boutons.
Niveau : Intermédiaire
Marges de couture : non comprises.


Un petit tuto automnal à venir sur le blog, ou peut-être un pattern hacking !



 

dimanche 17 septembre 2017

Un petit tour par l'atelier.

Parce que je regarde avec plaisir les ateliers des unes et des autres, toujours à l'affût d'astuces rangements, d'idées déco originales qui permettront de discipliner et d'enjoliver mon joyeux bazar. Parce que je visionne de plus en plus régulièrement les podcasts avec un plaisir non dissimulé et que je l'avoue, j'aime ces petites incursions dans l'univers de chacune, révélant au travers des images les personnalités, les méthodes de travail, les petites habitudes, les doutes, les touches d'humour, tout ce que la rigidité d'un blog peine parfois à faire transparaître.

Si pour l'heure je n'ai pas l'intention de céder à l'appel du podcast créatif, j'ai cependant décidé de vous ouvrir la porte de mon atelier !


Mon coin couture, que je nomme pompeusement "atelier" se situe à l'étage, dans un angle de la mezzanine. Un endroit de passage, qui se doit autant que possible d'éviter look "totale anarchie" !

J'ai délimité un espace d'environ 9 m2 à l'aide d'un caisson étagère de chez le suedois (Expedit grand modèle) et arrangé le tout à ma sauce de façon à ce que le bazar éventuel se concentre côté étagère suédoise et soit de ce fait dissimulé à la vue.

Allez, trêve de blabla, vous êtes prêts pour un article à rallonge ? Alors on y va !
Si l'atelier est mon univers, c'est aussi un endroit incontournable pour les moustachus ! J'y suis toujours accompagnée !
On commence par une vue générale : à gauche mes machines, à droite, mon bureau.
Dans cette partie il y a donc mon bureau (relooké il y a quelques années). L'ordi, l'imprimante et ma silhouette portrait.
Une lampe dont j'ai rhabillé l'abat jour récemment (voir) mon buste couture, un peu de déco et un mur de cadres cher à mon coeur !
C'est le côté "rangé" de l'atelier !
En face, le côté couture avec mes machines et mon rangement. Une chaise super confortable trouvée en dépôt vente et le bureau, grand et archi costaud (récup' matériel pro, merci cousin !)
L'indispensable lampe articulée (ikea) équipée d'une ampoule lumière du jour.
Mes bouquins et pochettes diverses sont à portée de main, juste derrière le bureau.
Dans la première étagère, les livres. Puis ici dans la seconde étagère, les patrons avec de gauche à droite : patrons accessoires, patrons PDF, patrons pochettes, et patrons magazines.
Les patrons PDF sont regroupés par catégories dans des chemises cartonnées.
Chaque patron imprmé est placé avec ses explications dans une enveloppe kraft sur laquelle je colle la page de présentation du modèle.
Les patrons sont ensuite rangés dans la pochette cartonnée correspondante : chemises, blouses, sweats, robes... 
Dans le compartiment suivant, les magazines sont classés par titres. J'en achète assez peu à part peut-être la Maison Victor dont les modèles me font régulièrement de l'oeil.
Mon astuce pour m'y retrouver dans les modèles des magazines ?
Je photocopie les pages récapitulatives de chaque numéro et je les range dans un classeur !
Un intercalaire par magazine et hop ! Si cette robe me plait, je sais qu'elle était parue à la page 48 du Burda de Juin 2016. Je n'ai plus qu'à prendre mon magazine dans son casier pour retrouver le modèle !
Un coup d'oeil au contenu de mon bureau couture ?
On commence avec le premier tiroir de droite, toujours ouvert quand je couds puisqu'il contient tout le matériel de base : ciseaux, aiguilles, épingles et pinces clover, craies, mètres... 
Les cônes de surjeteuse et les fils en tous genres sont dans le second tiroir.
Des rubans dans le troisième tiroir ainsi qu'une boite contenant tous les pompons, étiquettes, aprêts...
Un panier fixé au mur me permet de garder à portée de mains les biais et passepoils !
Quand à la travailleuse que vous avez aperçue sur les premières photos, elle me permet de ranger le thermocollant, les velcro, les élastiques...et pas mal de bazar que je ne sais pas ou caser !
Les machines maintenant ? Je commence par ma surjeteuse ! Un modèle Brother d'entrée de gamme. J'en suis pleinement satisfaite, elle est simple à utiliser, rapide à enfiler, fait un joli roulotté et des surjets parfaits. Autant vous dire qu'après avoir galéré pendant des plombes avec la surjeteuse de chez Lidl (qui n'a d'ailleurs jamais pu pondre un surjet correct malgré tous mes efforts de réglages) celle ci est une rolls !
Et ma copine Colette, on en parle ? Je l'ai depuis bientôt 1 an et c'est l'entente cordiale ! Une Pfaff Expression 3.5. 
Elle est juste parfaite. Robuste tout en restant douce à manipuler. Polyvalente, pratique et intuitive. Son double entrainement fait merveille sur les épaisseurs, les boutonnières sont superbes et hyper faciles à réaliser...Les trouze mille points décoratifs et alphabets intégrés me servent finalement assez peu mais font merveille dès qu'il s'agit de personnaliser un vêtement ou un accessoire.
Les canettes et différents pieds sont à portée de main dans le rangement situé devant la plaque d'aiguille (un autre rangement à l'arrière)
Le large espace de travail et un éclairage blanc très efficace sont un sacré plus !

Alors evidemment elle est assez grande Colette et pas vraiment du genre poids plume, mais je l'adore !
On s'éloigne un peu de mon petit coin pour trouver le reste du bazar ! Un meuble bar que j'avais restauré il y a quelques années me permet de ranger...tout ce qui ne tient pas dans mon bureau !
Dentelles et rubans enroulés sur des cartonnettes disposées dans une corbeille.
Boites diverses, boutons en bocaux, fermetures éclairs...
Mes boites plastiques contenant pinces, pressions, rivets de toutes sortes.
Des bobines de 25 ou 50 mètres de rubans fantaisies (trouvées chez Noz il y a quelques jours pour 0,75 l'unité, si c'est pas un bon plan ça !)

Mon stock de tissus est lui rangé dans un placard de chambre ou il occupe deux étagères ( habitant à plus d'une heure de route du magasin de tissus le plus proche, je stocke !)
Petite contrainte tout de même : toutes mes découpes, épinglages, décalquage et assemblages de patrons se font à même le sol. Le dos et les genoux sont parfois malmenés mais pas assez de place pour loger une table de découpe. 
Pour les étapes repassage, ça se passe à l'étage du dessous. Il n'est donc pas rare de me voir cavaler dans l'escalier une dizaine de fois dans l'après midi !

Malgré ces inévitables petits désagréments, j'apprécie chaque moment passé dans l'atelier, entourée de mes machines et de tout mon précieux bazar. Pouvoir laisser un projet en cours sur mon bureau entre chaque étape de réalisation est un vrai plus et permet de coudre sereinement et bien plus efficacement.
J'essaie dans la mesure du possible de ne pas me laisser envahir par les tissus et paperasses qui s'accumulent à la vitesse de l'éclair. Je range patrons et tissus et je fais place nette sur mon bureau après chaque projet terminé. 
J'espère que cette petite visite aura pu vous donner quelques idées de rangement ou d'organisation.
Et puisque vous connaissez désormais le cadre dans lequel je couds, je vous montre très vite cette chouette petite chemise que je suis entrain de terminer !

Bonne semaine !



dimanche 10 septembre 2017

En pyj' avec Pierrot !

Hello les filles !

D'abord, j'espère que la rentrée s'est bien passée pour vous, petits et grands ont repris le rhytme ?

Personnellement, après cette semaine de rentrée plutôt chargée, l'apparition du froid et de la pluie, je n'avais qu'une envie sitôt le soir venu : Mon pyj, un bouquin et au lit !
Et dans cet article, après le pyjama, nous ferons un détour par la salle de bains histoire d'aborder la question du rangement des produits de toilette et de ravalement en tous genres !
On commence donc avec le chouette pyjama issu de la collaboration entre Wear lemonade et Princesse Tam- Tam
Un pyjama traditionnel à col tailleur aux formes amples, bien confortable et cerise sur le gateau : c'est un patron PDF gratuit !

La Veste de pyjama Pierrot est ICI
Le pantalon de pyjama Julio est ICI

Et pour vous aider à chaque étape :
La vidéo de réalisation de la veste est ICI
Celle du pantalon est ICI

Si le pantalon est relativement simple à coudre puisque simplement élastiqué à la taille la veste elle, requiert un peu plus de technique : il s'agit d'un col tailleur !
C'est pour le moment juste sur la veste Pierrot que j'ai jeté mon dévolu, le défi du col tailleur passepoilé me tentait !
Et puis, dès le premier coup d'oeil, j'ai tellement aimé le rendu de cette veste que je me suis demandée si je n'allais pas suivre la mode du moment et la porter à la ville. Réflexion faite, je n'étais pas sure d'assumer le look "pyj' de ville" donc je m'en suis tenue à la veste de pyjama traditionnelle !

Et puis il faut dire que je n'avais pas vraiment le tissu adapté à un look de ville et j'étais cette fois bien décidée à taper dans mon stock !
J'avais par contre cette petite viscose dont l'imprimé m'avait plu et que j'avais commandée il y a de ça plusieurs mois.
A réception, le tissu était très fin, le tissage lâche et irrégulier et il s'était délavé dès le premier passage en machine....une merdouille !

Pourtant, ce tissu était dans les couleurs dont j'avais envie pour ma veste Pierrot, il était tout doux et serait surement joli agrémenté d'un passepoil rouge !
Allez, si ce tissu est trop fin et vieillit mal tant pis, ce ne sera qu'un pyjama après tout !
J'ai donc téléchargé et assemblé mon patron, puis j'ai coupé mon tissu en taille 40.

Que puis-je vous dire sur le patron ?
C'est un niveau intermédiaire, les marges de couture sont incluses et j'ai utilisé environ 1,50 m de tissu.
Attention ! On vous dit de ne découper qu'un seul empiècement dos mais il en faut deux !
Pour ce qui est des modifications, j'ai réduit la largeur des manches ainsi que la longueur totale de la veste.(J'aurais d'ailleurs pu me contenter d'une taille 38.)
J'ai ajouté une poche poitrine avec un rappel de passepoil.

Mon tissu étant super léger, j'ai thermocollé le col et les parmentures.
Je n'ai pas rencontré de difficulté particulière pour la réalisation du col tailleur passepoilé grâce à la vidéo. Un coton aurait eu un meilleur rendu et aurait surement permis de mieux maintenir le passepoil mais le résultat reste acceptable.
Ma veste est toute douce et très confortable. Par contre aucun doute au niveau de mon tissu : c'est une merdouille ! après 3 lavages il se déforme et se décolore à vue d'oeil !
Pour un peu je l'aurais portée à la ville cette veste !
Je l'ai associée à un jeans le temps des photos mais je la porte la nuit avec un short ou un legging noir un peu court.
Malgré mes appréhensions sur les patrons de cette marque, je suis conquise par cette veste de pyjama et je suis bien décidée à la coudre à nouveau prochainement ainsi que le pantalon Julio.

On passe par la salle de bains à présent ?

J'avais envie d'une trousse de toilette et de maquillage pratique et originale.
j'ai attrapé mon calepin et dessiné ce qui me passait par la tête : une fenêtre en vinyle, un rabat pressionné, de la place, une pochette à fermeture pour les pinceaux ou petits objets...

Pour ce qui est du style, je me suis inspirée d'une pochette cousue récemment : voir

Après avoir découpé un gabarit et noté les diverses dimensions, j'ai pu coudre ma trousse :
Simili cuir et tissu d'ameublement pour l'extérieur....avec un ruban sequins pour la touche fifille !
Une dragonne en satin amovible et beaucoup de place pour y caser un maximum de fourbi.
L'astuce : on ouvre le devant pressionné...
...et on a sous les yeux tout son précieux bazar ! (Un intrus tente de faire passer une extrémité de son anatomie pour un pinceau...)
L'intrus gagne du terrain et teste assidument la capacité de rangement !
Mission accomplie, ma trousse est comme je la voulais : originale, pratique et suffisamment grande pour y loger un maximum de bazar !

Un petit coton à zoziaux arrive prochainement sur le blog !

Je m'interroge sur un article concernant mon atelier, mon rangement et mes machines, ça vous dirait ?

Bonne semaine à vous !