lundi 22 mai 2017

Tuto : l'organiseur d'aiguilles

Allez, un article qui sort un peu de l'ordinaire aujourd'hui puisque je vous ai pondu un petit tuto !

Que vous soyez couturière occasionnelle ou aguerrie, dès lors que vous passez d'une étoffe à l'autre se pose un problème récurrent : La gestion des aiguilles machine.

Chez moi, sitôt une aiguille retirée de la machine, elle atterrit sur mon pique aiguille. Je la remplace alors par une aiguille spécifique au tissu que je vais coudre...qui rejoindra elle aussi le pique aiguille ! Je ne vais pas les ranger dans leurs boites, puisqu'elles ont déjà été utilisées !

Outre le fait que mon pique aiguille est un bazar innommable, je me trouve un tantinet contrariée dès que vient l'heure de retrouver mon aiguille jersey ou microtex en cours d'utilisation !
Qui est quoi ? quelle taille ? le problème récurrent précisément ! communément appelé le bo**** dans mon dialecte barbare de couturière furibonde.

Bref ! Vous en conviendrez : une solution s'imposait !
J'ai cogité la chose, trouvé quelques pistes sur internet, puis crayonné le projet tel que je le voyais : simple, pratique et plutôt joli tant qu'à faire.
Et puis, tant qu'à élaborer cet organiseur d'aiguilles de A à Z, autant vous en faire profiter !

Il se compose d'une grille qui vous permettra de ranger vos aiguilles en cours d'utilisation en fonction de leurs spécificités et de pochettes pouvant contenir les boites d'aiguilles neuves.
Le tout dans une forme trousse qui se ferme avec une bande velcro.
Et parce que je l'aurai souvent sous les yeux, j'ai cédé à l'appel du rose ! J'ai choisi deux tissus Tilda rehaussés d'un passepoil rose gold pour l'extérieur et un piqué de coton pastel pour l'intérieur.
Alors si cette pochette organiseur vous tente : 


Cette petite trousse est maintenant glissée dans mon tiroir, à portée de mains et me rend bien service.
Si monsieur poilu est fan du pompon, j'adore pour ma part son côté girly.

Bonne couture !








vendredi 12 mai 2017

Une marinière jersey.

Aujourd'hui, je revisite le petit basique qui va bien en toutes occasions pour la plus grande joie de fifille n°2 dont le placard n'est pas loin de crier famine tant la donzelle s'allonge depuis quelques mois.

Et pour étoffer sa garde robe de façon efficace, quoi de mieux que des vêtements simples et confortables...en jersey !

J'ai longtemps hésité à me lancer dans la couture du jersey. Ayant été confrontée à moult mises en gardes concernant cette matière fine et extensible, ayant croisé régulièrement des désastres avachis et gondolants...

Je gérais néanmoins de mieux en mieux les réglages de ma surjeteuse, et puis surtout, les beaux jours arrivant, c'était clair, net et précis : je voulais coudre du jersey !
C'est finalement super agréable à coudre le jersey ! 
Il suffit de respecter quelques règles de base (bah oui ! le tissu est extensible, ça change un peu la donne tout de même !) Et on peut se lancer !
Vous n'avez pas de surjeteuse ? aucun problème, les machines à coudre traditionnelles sont la plupart du temps pourvues d'un point élastique.
Dans tous les cas, un simple point zig zag bien réglé vous permettra d'obtenir une super couture élastique !
Louise avait d'ailleurs expliqué ça en détail dans cet article.

J'ai choisi ici un joli jersey viscose de chez Bennytex
Quand au modèle, j'ai ressorti pour l'occasion un livre que j'avais acheté en même temps que ma surjeteuse. Il fait le tour des réglages et possibilités de la machine en détaillant chaque étape de façon claire puis propose des patrons de vêtements jersey classiques.
J'ai choisi la marinière enfant en taille 150.
Je l'ai légèrement cintrée et j'ai taillé le bas en forme liquette.
Un modèle tout simple accessible aux débutants.
Seul point technique pour une marinière : le raccord des rayures entre les pièces devant et dos !

J'ai assemblé toutes les pièces à la surjeteuse puis réalisé mes ourlets à la machine à l'aiguille double.
Un petit flex pour la finition et en une heure et demie, la marinière était terminée ! 
Simple, rapide, des finitions intérieures très pro, j'adore !
Elle s'associe plutôt bien à un vieux jeans, trop pratique la marinière !

Bon week end !


mercredi 3 mai 2017

Sweat shy eyes.

Bonjour bonjour,
Aujourd'hui c'est un sweat cousu pour fifille n°2 que je vous présente.

Un sweat en Mai ? Alors qu'on s'apprête à revêtir les robes légères, les blouses vaporeuses et autres sandales ouvertes ?
Pourtant, semaine après semaine, alors que les tenues estivales s'ankylosent au fond des placards, les pulls, chaussettes et autres bottines restent nos incontournables.
Pour ce qui est du jarret lascivement doré au soleil, on repassera ! L'heure est à la choucroute et à la tartiflette, on se gèle !

C'est donc sans l'ombre d'une hésitation et avec l'assentiment enthousiaste de fifille n°2 que j'ai passé en revue les modèles d'un numéro d'hiver du magazine Ottobre.
J'y ai retrouvé le sweat tunique "shy eyes" qui m'avait tapé dans l'oeil lors de l'achat du magazine et figurait depuis sur ma to do list.
Plus d'hésitation !

Le modèle étant proposé du 116 au 146 (11 ans) j'ai du ajouter deux tailles à mon patron pour coller au 13/14 ans de ma mini. Pas de difficulté à ce niveau, le modèle était simple et composé de 3 pièces.
C'est par contre au niveau du tissu que j'ai frôlé la cata !

J'avais en stock un molleton léger imprimé palmiers que mademoiselle aimait d'amour !
Il convenait à merveille à ce projet !
C'est en posant mon patron sur le tissu que je commençai à me triturer nerveusement le chignon !
Comment faire tenir un pull tunique en 14 ans (et avec motifs tant qu'à faire !) dans 1 mètre de tissu !

Tetris fut mon ami puisque après avoir longuement cogité la chose, je pus tout de même caser le sweat dans mon mètre de tissu. Seule condition : les manches seraient en deux parties avec une couture (surpiquée pour le style) de haut en bas.
Poulette était soulagée, le sweat palmiers était en bonne voie...
Et une fois terminé, elle l'a immédiatement adopté !
J'ai choisi d'ajouter une poche centrale j'ai ainsi optimisé à fond l'utilisation de mon coupon et renforcé le petit look jeune du sweat !
Côté détails : Un petit volant habille le bas du sweat, il vient mourir à une quinzaine de centimètres de chaque bord.
Une goutte décore le haut du dos.
J'ai bordé les poches et la goutte d'un morceau de jersey noir posé à la façon d'un biais.
Le volant quand à lui est en viscose noire.
Pour coller à l'élasticité du tissu, j'ai assemblé le sweat à la surjeteuse, en plus d'être super rapide, j'adore le rendu très pro des coutures.
Les surpiqures sont faites au triple point droit élastique (manches) ou au zig zag fin (encolure)
Quand aux ourlets manches et bas du sweat, pour ce genre de tissus, je suis une adepte de l'aiguille double.
La forme tunique est originale et apporte une petite touche féminine. J'ai cependant raccourci le modèle d'une bonne dizaine de centimètres. Je trouve cela plus flatteur au niveau de la silhouette.
Le tissu palmiers chouchou allié au confort d'un petit sweat...la miss est ravie !
Et comme ce modèle est rapide à coudre et facilement personnalisable, je garde précieusement le patron.
Modèle : Tunique shy eyes du 116 au 146
Ottobre enfants hiver 6/2016
Tissu : molleton fin imprimé palmiers Rascol
Mes modifs : patron agrandi de deux tailles. Ajout d'une poche centrale. Bas raccourci.
             Matou : optionnel (mais accro à la photo !)



Bonne semaine !